• Anne Delbée Une femme Nom : Claudel Prénom : Camille Sculpteur Née le : 8 décembre 1864 Frère : Paul Claudel Amant : Auguste Rodin Compagnon : Claude Debussy Trente ans de création Trente ans d'asile Pour la première fois, un livre nous révèle la vie extraordinaire de Camille Claudel.
    à la fin du siècle dernier, une jeune fille de dix-sept ans qui veut être sculpteur, c'est inconcevable, voire scandaleux. Or Camille se lance dans l'aventure à corps perdu. Jusqu'au jour de 1883 où elle rencontre Auguste Rodin. Le Maître accepte de la prendre comme élève ; bientôt il deviendra son amant. Suivent quinze années d'une liaison passionnée et orageuse d'où Camille sortira épuisée, vaincue...
    Elle mourra en 1943 à l'asile de Montdevergues, après un terrible internement qui aura duré trente ans, laissant au jugement de la postérité une oeuvre considérable, d'une rare puissance et d'une originalité visionnaire.

    Une femme a obtenu le Grand Prix 1983 des lectrices de Elle.

    Ajouter au panier
    En stock
  • C'est grâce à ce livre, enfin réédité, que nous a été révélée la vie extraordinaire de Camille Claudel.

    Soeur aînée de l'écrivain Paul Claudel, Camille a connu, en tant que femme et en tant qu'artiste, un destin hors du commun.

    A la fin du siècle dernier, une jeune fille de dix-sept ans qui veut être sculpteur, c'est inconcevable, voire scandaleux. Or, Camille se lance dans l'aventure à corps perdu, avec l'enthousiasme et la farouche volonté qui la caractérisent. Jusqu'au jour de 1883 où elle rencontre Auguste Rodin. Le Maître accepte de la prendre comme élève; bientôt il deviendra son amant. Suivent quinze années d'une liaison passionnée et orageuse d'où Camille sortira épuisée et vaincue...

    Elle mourra en 1943 à l'asile de Montdevergues, près d'Avignon, après un terrible internement qui aura duré trente ans, laissant au jugement de la postérité une oeuvre considérable, d'une rare puissance et d'une originalité visionnaire.

    Ce livre de réhabilitation de Camille, écrit avec émotion par une autre femme, une autre artiste, lui rend enfin justice.

    Après avoir monté plusieurs textes de Claudel, en 1982, Anne Delbée écrivit ce livre qui allait faire découvrir Camille Claudel à des centaines de milliers de lecteurs. Femme de théâtre, elle a su communiquer sa passion dans Racine, roman (Fayard, 1997).

  • Danse !

    Anne Delbée

    • Fayard
    • 24 Mars 1999

    A quelques mètres en dessous du regard de Nathanaël, une vingtaine d'enfants se plient avec rigueur aux gestes de la danse.

    Parmi eux, Clara. Il la regarde, elle, et seulement elle, surgie de quel fragment fracassé de quelle mémoire ? La sienne ? celle d'une humanité qui, en cette fin de siècle, s'engloutit dans le bruit et la violence oe Il ne saurait dire si elle est belle ou laide. Elle danse.

    Quel âge a-t-elle ? Onze, douze ans ? Entre Clara, qui, chaque jour, s'astreint à l'ascèse de la danse classique et Nathanaël qui, à trente ans, voudrait posséder l'écriture au plus haut prix, s'engage un face à face hors de l'ordinaire.

    Détaché du monde, tourné vers lui-même, Nathanaël découvre en compagnie de Clara la dureté et les affres d'un art qui aspire pourtant à se confondre avec la beauté même. Celle qu'il recherchait dans la solitude et les mystères de l'écriture.

    Quel sentiment n'ose pas dire son nom dans cette relation à la fois brûlante et éthérée ?

    Anne Delbée n'a cessé de travailler pour le théatre. Elle a confié cette passion dans son ouvrage Racine, roman, publié en 1997. En 1982, après avoir monté plusieurs textes de Claudel, elle écrivit Une Femme, le livre qui allait faire découvrir Camille Claudel à des centaines de milliers de lecteurs (réédité chez Fayard au printemps de 1998).

  • Racine - roman

    Anne Delbée

    • Fayard
    • 24 Septembre 1997

    Après le triomphe de sa mise en scène de phèdre à la comédie française en 1995, anne delbée, qui a déjà révélé camille claudel dans une femme, confirme, dans ce racine roman, sa passion pour l'orphelin génial de port-royal. vécu de l'intérieur, nourri des connaissances accumulées au cours du temps, ce récit conjugue la flamme et l'érudition dans une sorte de voyage à l'intérieur d'une âme qui tourne parfois à la confession impudique et n'esquive rien du " mystère racine ".

    Pourquoi racine et molière se sont-ils séparés si brutalement? racine a-t-il eu une responsabilité dans la mort de la du parc, sa maîtresse au moment de l'" affaire des poisons "? après phèdre, a-t-il abandonné le théâtre pour se rapprocher de la cour ou par remords pour sa liaison scandaleuse avec la champmeslé? a-t-il trahi la marquise de montespan au profit de mme de maintenon? est-il tombé en disgrâce pour avoir écrit une lettre " politique " au roi après esther et athalie?

    L'oeuvre n'est sûrement pas si éloignée de la vérité du personnage, et il est temps, grâce à ce roman d'une vie de poète, de réapprendre à aimer racine, " mozart du théâtre français ", qui, depuis trois siècles, ne cesse de crier sa tendresse.

  • Née entre 1841 et 1844 d'un père resté mystérieux, sarah bernhardt se découvre très tôt une passion pour le théâtre. a quinze ans, grâce au duc de morny, elle entre au conservatoire, puis à la comédie-française, qu'elle quittera plusieurs fois par esprit d'indépendance. elle rencontre le prince de ligne dont elle a un fils, maurice, le grand amour de sa vie.
    En 1867, elle connaît un premier succès en jouant dans athalie. dès lors, la " voix d'or " interprète tous les grands rôles : phèdre, andromaque, tosca, la dame aux camélias, l'aiglon- écrit spécialement pour elle- et elle inspirera la salomé d' oscar wilde.
    Femme adulée et haïe, nombre d'hommes succombent à sa beauté et à son talent -le tragédien mounet-sully, victor hugo, pierre loti, jacques damala, qu'elle épousa, gustave doré, jean richepin- ou à tout le moins l'admirent : freud, d.h. lawrence, sacha guitry.

    C'est aussi une patriote attachée à " une certaine idée" de la france, qu'elle défend en 1870 et qu'elle représente partout à l'étranger : en europe, mais également aux etats-unis, en amérique du sud, en australie, en russie. sa devise, " quand même ", résume le courage et l'énergie de cette femme, depuis son engagement en faveur de dreyfus jusqu'à l'amputation de sa jambe malade, qui ne l'empêcha pas de jouer.
    Elle inspire ici un récit à deux voix : celle de l'actrice, pendant les dix jours qui précédèrent sa mort en 1923 à l'âge de 80 ans, et qui se souvient des grands moments de sa vie, et celle d'un jeune biographe partagé entre l'admiration éperdue qu'il voue à cette femme et la rigueur du travail qu'il y consacre.
    Anne delbée n'a cessé de travailler pour le théâtre. elle a confié cette passion dans son ouvrage racine, roman, publié en 1997. en 1982, après avoir monté plusieurs textes de claudel, elle écrivit le livre qui allait faire découvrir camille claudel à des centaines de milliers de lecteurs.

  • La 107e minute

    Anne Delbée

    A la 107e minute de la finale de la coupe du monde de football, l'impensable se produisit. Mais que s'est-il donc passé dans la tête ( !) de Zinédine Zidane pour qu'il prenne le risque de compromettre, à dix minutes de la fin de sa carrière, son image de Dieu du stade si doux et si élégantoe Personne, et sans doute pas même lui, ne pourra répondre à cette question. Cela n'empêche pas la polémique d'enfler entre ceux que ce geste horrifie au nom de la morale et ceux qui le comprennent au nom de l'honneur. Quoiqu'on en pense ce geste a eu lieu et il oblige à s'interroger sur le spectacle, le jeu, l'honneur et les femmes. Anne Delbée n'est ni sportive, ni fan des " bleus ", ni journaliste à l'Equipe. Alors pourquoi elle ? Parce que c'est une femme de théâtre. Or cette finale est peut-être le plus grand spectacle de tous les temps si on prend en compte la dimension de la scène et le nombre de spectateurs. Spectacle moderne et si traditionnel à la fois, car des sportifs dans une arène, on connaît cela depuis l'antiquité. Parce qu'il fut atteint dans son honneur, parce que les mots valent plus que les gestes, à la 107e minute Zinédine Zidane arrêta -littéralement- de jouer le jeu. Ce soir là rejoignant Hector et Antigone, les héros tragiques, il nous rappelle que chacun d'entre nous, à un instant de sa vie, est confronté à son destin. Il doit alors choisir entre la loi des hommes et sa Vérité. C'est de tout cela dont parle Anne Delbée, avec des mots simples, dans un texte dense destiné au grand public.

empty