Vincent Bailly

  • C'est l'histoire d'une radio pirate qui défie le pouvoir : il y a quarante ans, Lorraine Coeur d'Acier posait, pour toujours, un jalon essentiel dans l'histoire des luttes et des radios libres. Une radio populaire qui libère la parole d'une population tout entière.

    Lorraine Coeur d'Acier ? Le 12 décembre 1978, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, est annoncé le plan Davignon qui va liquider la sidérurgie dans le bassin lorrain.
    Début mars 1979 débarquent à Longwy les journalistes Marcel Trillat et Jacques Dupont : à l'instigation de la CGT, les deux journalistes vont animer des mois durant ce qui allait devenir une radio à nulle autre pareille, une radio de lutte, une radio illégale défiant le pouvoir giscardien, mais aussi une radio « libre », au sens plein de ce terme. Une radio ouverte à tous. « Y compris aux gauchistes et à la droite ? », s'étrangle Eugène. C'est juré, il n'y mettra jamais les pieds. Camille, à rebours de son père, la fréquentera chaque jour, et pas seulement pour la belle voix de Mathilde...

  • Au XXe siècle naissant, l'Afrique est un enjeu majeur pour les puissances européennes et les grandes entreprises privées. Alors que le bassin du Congo devient le théâtre de tensions internationales croissantes, la presse se fait l'écho de crimes commis envers les populations locales. Quelque part au nord de Bangui (actuelle Centrafrique), deux administrateurs coloniaux français assassinent un homme dans un raffinement de cruauté. Révélée par la presse le 15 février 1905, ce qui devient rapidement « l'affaire Gaud et Toqué » est un véritable choc pour l'opinion. Pour le gouvernement, l'urgence est d'en démontrer le caractère isolé. Sous la pression parlementaire, une mission d'enquête est envoyée au Congo sous la direction d'un explorateur à la réputation d'honnêteté et d'humaniste incontestée : Pierre Savorgnan de Brazza. Pendant les quatre mois passés au Congo, Brazza et ses enquêteurs, malgré l'obstruction zélée de l'administration française, vont arpenter des centaines de kilomètres, interroger de nombreux témoins, multiplier les découvertes macabres...

  • Septembre 1941. Joseph, le narrateur, âgé de dix ans, vit heureux, avec ses parents et ses frères, à Paris. Il est très proche de son frère Maurice, deux ans plus âgé que lui. Mais les Allemands occupent Paris et imposent le port de l'étoile jaune. Maurice et Jo, après un périple incroyable de débrouillardise et de courage arrivent à Menton, alors en zone libre, où se sont installés leurs deux frères aînés.

    Ceux-ci, toutefois, sont convoqués par la police française dans le cadre du S. T. O., le service du travail obligatoire en Allemagne. Pas question pour les grands frères de se jeter dans la gueule du loup : ils décident de partir immédiatement à Nice, où se sont déjà réfugiés leurs parents. Malgré l'occupation de la ville par l'armée italienne, l'insouciance reprend le dessus. Las, ce sera de courte durée. L'armée italienne est remplacée par l'armée allemande, et la Gestapo resserre les mailles de ses filets pour attraper les Juifs. Dès lors, la vie des Joffo va connaître des jours douloureux...

    La peur, l'angoisse et la souffrance sont désormais au rendez-vous.

  • La presse spécialisée, mais aussi les institutions consacrées à l'architecture et à l'urbanisme se penchent le plus souvent sur le destin des métropoles et des grandes villes, ou sur le mal-être des périphéries. Mais rien ou presque ne concerne ces villes petites et moyennes qui ne sont pas le terrain de jeu favori des performances architecturales et des éclats médiatiques et qui expriment le tourment d'un présent désorienté entre mémoire et projet. Face à de nombreux défis, aux enjeux d'une quotidienneté heureuse, aux arbitrages pour construire une responsabilité commune et tracer un horizon, la ville d'Amilly, dans le Loiret, a conçu et mis en oeuvre(s) un projet singulier. Agissant sur la ville considérée comme un espace de vie dans lequel les projets urbains doivent s'adapter aux sites qui la composent, la culture, les arts et les artistes sont invités dès l'amont à participer à l'ensemble de ses réalisations. Au fil du temps, la ville est devenue l'archétype d'un redéploiement urbain réussi qui fait de l'expérience d'Amilly une histoire et une aventure exemplaires que chacun appelle de ses voeux, un équilibre tenu entre bien commun et desseins individuels.

  • Septembre 1941. Joseph, le narrateur âgé de 10 ans au début du récit, est un petit parisien assez heureux vivant dans le 18e arrondissement de Paris, dernier d'une famille de 5 enfants (Rosette, Albert, Henri, Maurice et donc Joseph). Il est très proche de son grand frère Maurice deux ans plus âgé que lui. Mais les Allemands occupent Paris et en viennent à imposer le port de l'étoile jaune.Ce sac de billes, Joseph le reçoit d'un camarade d'école, en échange de son étoile jaune d'enfant juif. Il a dix ans ; pour lui, c'est un jeu.
    Mais il faut partir seul avec son frère de douze ans, pour gagner la zone libre :
    Passer inaperçu, travailler, faire un peu de commerce, chercher une famille éparpillée, déjouer les interrogatoires...
    Avoir enfin toutes les astuces et bien du courage.

  • Baby-Foot est la suite d'Un sac de billes, le récit du petit Jo, devenu adolescent, dans le Paris et la France de l'immédiate après-guerre.
    Lorsqu'Un sac de billes se termine, nous voyons Jo rentrer à Paris après plusieurs mois d'exil. On retrouve le grand frère Henry qui s'affaire dans son salon de coiffure et dont l'autorité pèse parfois un peu trop sur son jeune frère en pleine révolte adolescente. Il y a les copains. Et il y a Jo. On retrouve sa malice et son indéfectible désir de vivre sa vie en jeune homme libre.
    Il se fiche un peu de son certif' et ne veut à aucun prix devenir coiffeur. Il multiplie les rêves mais aussi les désillusions. Il s'intéresse à la boxe qu'il va pratiquer puis abandonner, se rendant compte qu'il n'est pas fait pour ça. Il y a aussi pour lui et ses copains la fascination qu'exercent sur eux les GI américains, qui ont libéré le pays, et l'Amérique si proche et si lointaine à la fois, riche de promesses. Il y a aussi les petits trafics de l'après-guerre et les plans foireux. Et il y a aussi la jolie Bernadette, 22 ans, sa première rencontre, son premier amour.

  • Un sac de billes t.2

    ,

    Jo et Maurice, après un voyage mouvementé, arrivent à Menton, où se sont installés leurs deux frères aînés. Ceux-ci, toutefois, sont convoqués par la police française dans le cadre du S.T.O., le service du travail obligatoire en Allemagne. Pas question pour les grands frères de se jeter dans la gueule du loup : ils décident de partir immédiatement à Nice, où se sont déjà réfugiés leurs parents. Malgré l'occupation de la ville pa l'armée italienne, l'insouciance reprend le dessus. Las, ce sera de courte durée. L'armée italienne est remplacée par l'armée allemande, et la Gestapo resserre les mailles de ses filets pour attraper les Juifs.
    Dès lors, la vie des Joffo va connaître des jours douloureux... La peur, l'angoisse et la souffrance sont au rendez-vous.

  • « Cadet d'une famille de quatorze enfants, mon père a l'habitude de se f aire respecter avec les poings.
    À 18 ans, galvanisé par un titre de champion de France espoir, il interpella ma mère dans la cour de la filature Badin [à Barentin, en Seine-Maritime] pour lui raconter un rêve qu'il avait fait la nuit même : l'épouser.
    Durant dix-sept ans, ma mère accompagna ses victoires et ses déf aites. Pourtant, de leur histoire je ne me souviens que des disputes, de mon père fou de rage, fou d'amour, fou de jalousie, fou d'une violence qui le dépassait.
    J'ai baigné dans la cr ainte d'un débordement, d'un coup de folie, du meurtre. Imprévisible, il se transformait brusquement en un volcan de fureur que rien ne semblait pouvoir arrêter, même pas moi.
    [...].
    « Au milieu d'un gouf fre creusé depuis l'enfance, la boxe deviendra un virage, une virgule, un trait d'union entre mon père et moi. Je parviens à me fondre au milieu des boxeurs qu'il entraîne. Pas à pas, je le guette, l'observe, et me rapproche. Trop loin, soudain trop proche, il se dérobe, je le repousse, il me regarde.
    Lorsque je commence à comprendre que ce film prend le chemin d'une quête, celle sans doute impossible de comprendre mon père, la vie s'arrête brusquement un dimanche matin de novembre.
    Ce film est le portrait d'une relation entre un père et sa fille. ».
    Barbara Pellerin

  • Ludo a un père policier, une jolie maman, et une véritable passion pour les aventures de l'inspecteur Castar, une BD qu'il dévore chaque semaine.
    Il aimerait tellement que son père ressemble à son héros préféré !
    Mais la vraie vie ne ressemble pas à une BD, Ludo le sait parfaitement. Sauf lorsque...

  • Un insaisissable faux Père Noël dévalise une à une toutes les bijouteries de la ville et disparaît mystérieusement à chacun de ses méfaits, au grand dam de Ludo : comment se fait-il que son papa, pourtant policier, n'arrive pas à arrêter ce simple cambrioleur ? Et pourquoi n'emporte-t-il jamais son arme avec lui ? Sûr que si on lui confiait l'affaire Ludo ne ferait qu'une bouchée de ce malfaiteur, aussi facilement que le ferait l'inspecteur Castar, le héros de sa BD préférée. Une nuit, d'étranges créatures minuscules débarquent dans la chambre de Ludo en sortant du lavabo : ce sont des Barbaza, qui ont le pouvoir de faire grandir ou rétrécir les gens. Ils ont besoin de Ludo pour retrouver l'une des leurs, enlevée et exploitée par le faux Père Noël...C'est l'occasion pour Ludo de montrer de quoi il est capable. Mais voilà... Tout n'est pas aussi simple que dans une aventure de Castar...

  • Poly a suivi Angus Powderhill au Pays des deux soleils. Les voilà perdus dans Rianker, le monde parallèle d'où vient Himan, roi déchu qui adopta Angus. Mais le passeur-magicien ne les a pas tous transporté au même endroit. Lui, Angus et le démon Elabeth se sont matérialisés devant le palais de l'Arbre Fleur où Angus doit accomplir sa destinée.



    Poly, Tibuc, Tyll, le géant Shiffoun, le comte Aliof et son bébé difforme sont perdus au milieu d'une zone désertique. Alors que le comte les abandonne en emmenant son étrange enfant, les autres doivent sauver Shiffoun. Le géant a perdu un pied lors du transfert dimensionnel et l'hémorragie va le tuer sous peu.


    />
    Voyageurs égarés dans ce monde meurtri, Poly et les siens découvriront peu à peu que ce sont le mensonge et la traîtrise qui les ont mené à Rianker. La quête amoureuse de Poly semble bien mal engagée. Brunschwig et Bailly continuent de dépasser les limites de l'Héroic Fantasy pour lui donner une indéniable dimension humaine : à lire de toute urgence !

  • Grand fan de BD et surtout de l'Inspecteur Castar, Ludo veut mélanger sa vie avec les histoires de cet inspecteur de police pas comme les autres. Et c'est son quotidien qui en est bouleversé : il découvre que l'aventure se cache au coin de la rue, au coeur des quartiers de la grande ville.

  • Septembre 1941. Joseph, le narrateur, âgé de dix ans, vit heureux, avec ses parents et ses frères, à Paris. Il est très proche de son frère Maurice, deux ans plus âgé que lui. Mais les Allemands occupent Paris et imposent le port de l'étoile jaune. Maurice et Jo, après un périple incroyable de débrouillardise et de courage arrivent à Menton, alors en zone libre...

  • Comme à chaque saison des rouges Feuilles, la vallée du Sarmen est en effervescence : c'est là que depuis des générations les cirques des quatre Comtés de Hurst se donnent rendez-vous. Géants, Lutins, Magiciens et Monstres-Miracles rivalisent alors d'adresse et d'audace pour y donner les plus beaux spectacles.

    Mais cette année, les saltimbanques ne sont plus les bienvenus. La femme du comte Aliof a donné naissance à un enfant monstrueux et le clergé local a désigné les coupables : ce sont les gens du cirque et leur étrange culte des Ames Tordues, désormais offert à la vindicte populaire. La jeune Poly, talentueuse acrobate de la troupe d'Izander sera l'une des premières victimes de la ségrégation qui se met en place.

    Mais sa rencontre avec un inconnu appelé Angus Powderhill va précipiter les évènements. C'est en sa compagnie que Poly quittera peu à peu le monde de l'enfance. Entraînée dans une quête aux finalités insoupçonnables, la jeune fille va découvrir quels secrets sont liés au mystérieux Angus. Brunschwig et Bailly marquent de leurs talents cette aventure où l'Héroïc-Fantasy se conjugue avec maturité de ton !

  • Incroyable, mais vrai ! Sous le nom de Pickpocket Furtif, Ludo devient un personnage à part entière de la bande dessinée de l'inspecteur Castar ! C'est le plus beau jour de sa vie... Malheureusement, sa joie est de courte durée car peu après, il apprend que Grüber & Shon (l'éditeur et multinationale tentaculaire) ont pris la décision d'arrêter la série et de pilonner les stocks d'albums restants. Pour Ludo et son ami David, c'est comme si on leur annonçait la mort de leur meilleur ami. Ils décident de constituer un commando, le Commando Castar, et d'aller trouver Grüber & Shon en personne. Arriveront-ils à infléchir leur décision ?

  • La bande dessinée familiale, d'humour ou d'aventure, pour tous. On y trouve la plupart des best-sellers de la bande dessinée contemporaine.

  • Sur un vélo, Ludo fait preuve d'une aisance hors du commun et pas un de ses copains n'arrive à le suivre ! Ça tombe bien : Grüber & Shon, la multinationale qui tente de tout régenter dans la ville, organise une course cycliste dont le gagnant recevra la "Coupe Castar". Voisins, parents, copains, épicier du coin, tous voient en Ludo un gagnant qui va écraser sans pitié ses concurrents. Et tous y vont de leurs avis éclairés et de leurs bons conseils. D'abord ravi, ensuite un peu perplexe, le champion en herbe devient l'objet de toutes les attentions, de toutes les faveurs. Mais, peu à peu, la pression monte et Ludo découvre que tout n'est pas rose quand on fait la course en tête...

  • Grand fan de BD et surtout de l'Inspecteur Castar, Ludo veut mélanger sa vie avec les histoires de cet inspecteur de police pas comme les autres. Et c'est son quotidien qui en est bouleversé : il découvre que l'aventure se cache au coin de la rue, au coeur des quartiers de la grande ville.

empty