Mathilde Ramadier

  • Cet ouvrage est un essai libre sur la vie et l'oeuvre d'Arne Næss, philosophe norvégien, à la fois écologiste engagé et alpiniste de renom. Au-delà de sa pensée philosophique, Næss invite chacun à découvrir son propre rapport à la nature, dans un processus d'identification - et donc d'empathie -, afin de fonder les bases nouvelles d'une écologie qu'il nomme « profonde ».
    Jamais dogmatique ni extrémiste, l'oeuvre de Næss incite au contraire le lecteur à développer sa propre «écosophie », créative et tolérante, à s'inventer une vie plus écologique sans bouleverser complètement ses habitudes, voire en améliorant sa qualité de vie.

  • L'air faussement décontracté de la directrice des ressources humaines, le sourire narquois du jeune people manager censé vous mettre à l'aise, la question piège qui vous a déstabilisé, le café trop allongé que vous vous êtes forcé à boire, le tutoiement et la tape sur l'épaule qui sentent les faux espoirs... Que vous soyez un éternel stagiaire, en CDD ou en poste depuis le siècle dernier, vous avez forcément un souvenir de vos entretiens d'embauche.
    C'est une rencontre fondatrice au cours de laquelle peut se jouer votre avenir... ou celui d'un autre. Mais c'est surtout une scène où se nouent des relations de séduction et de pouvoir. Votre motivation et votre éloquence auront-elles le dernier mot ? Dans le monde du travail d'aujourd'hui, celui du team building et des open spaces, mieux vaut miser sur votre flexibilité - et courber un peu l'échine.
    Bienvenue dans la jungle.

  • Le jour où Mathilde Ramadier, jeune Française expatriée à Berlin, reçoit dans sa boîte mail le « Welcome Kit » de la startup qui vient de l'embaucher, elle ouvre de grands yeux ronds.
    « Chère Mathilde, bienvenue chez The Base ! Tu trouveras ci-joint le Welcome Kit qui t'expliquera tout pour tes nouvelles aventures chez nous. Enjoy ;) ! À demain. Joanna. » L'entreprise promet une vie cool, dans un environnement friendly parsemé de smileys. Un employé est en retard ? Il le paiera, le lendemain, en croissants chauds pour toute l'équipe - ou plutôt la « team ». Une team dans laquelle on n'est jamais stagiaire, mais toujours manager de quelque chose.
    Un rêve éveillé ? Les habits neufs de la précarité, en vérité. Où le « management du bonheur » cache l'organisation d'une concurrence impitoyable entre des travailleurs jetables et sous-payés. De ses diverses expériences dans la Silicon Allee berlinoise, Mathilde Ramadier a rapporté un récit au vitriol. Elle y mêle anecdotes personnelles et analyse de cette novlangue abêtissante qui fait passer les employés du service clients pour des « réparateurs de bonne humeur ». Ou comment toute une génération, ici comme ailleurs, se casse le nez en fonçant dans le mur de la nouvelle économie.
    « Bienvenue dans le nouveau monde », vous dit-on.

  • Ethan, jeune ingénieur forage pour une compagnie pétrolière multinationale, reçoit une proposition de poste dans les îles Lofoten, au nord de la Norvège. Un gisement de pétrole y aurait été découvert, et une nouvelle plateforme pourrait y être érigée. Il quitte donc Paris pour le cercle polaire, pour un premier voyage d'acclimatation, afin notamment de rencontrer des géophysiciens déjà sur place. Au contact de la population locale, Ethan va se trouver confronté aux risques que représente un tel projet... C'est un voyage poétique et contemplatif, basé sur la philosophie d'Arne Naess (1912-2009), fondateur, très populaire en Scandinavie, du mouvement de l'écologie profonde (Deep Ecology). Cette dernière est conçue en opposition avec celle qu'il considère comme étant "superficielle" : c'est-à-dire l'ensemble des mesures prises par les Occidentaux ayant pour seul but d'améliorer leur niveau de vie, sans reconsidérer de manière significative la place de l'homme au sein de la nature.

    L'écologie profonde a pour objectif le rejet de la vision de l'homme-au-sein-de-l'environnement en faveur d'un égalitarisme biosphérique. Les intérêts de la nature doivent parfois passer avant ceux de l'homme, sans pour autant que ce soit une négation radicale de l'humanisme. Le terme d'écologie profonde a été introduit pour la première fois en 1973.

  • Figure emblématique de la littérature et de la philosophie française, Sartre fut une personnalité à part : libre penseur et révolutionnaire, c'était un homme moderne qui refusait les honneurs. Ce livre retrace avec émotion son engagement politique, ses écrits, sa relation fusionnelle avec Simone de Beauvoir, la création du mouvement existentialiste, etc. Incontournable !

  • Septembre 2011. Margaux, 23 ans, décide de quitter Paris pour Berlin pour débuter sa vie professionnelle dans le milieu de la culture. Berlin est une des villes parmi les moins chères d'Europe de l'ouest et bénéficie surtout d'une image tellement plus cool, créative, plus vivante, moins stressante que Paris où elle étouffe. Là-bas aussi, le marché du travail semble plus prometteur. Une fois installée, alors qu'elle prend des cours d'allemand avec des jeunes venus du monde entier, Margaux sent qu'elle a fait le bon choix. Tout semble possible : la vie est plus douce et les premières rencontres lui permettent de s'intégrer rapidement. Vernissages d'expos, sorties au parc ou en club techno, le temps passe vite. il lui faut trouver maintenant du travail. Ici, les boulots se trouvent via les réseaux sociaux, sur le net ou par Facebook. Plusieurs opportunités s'offrent à elle assez vite dans des start-up. L'ambiance y est jeune et décontractée. Mais, comme le dit une amie : « Après, le salaire. ce sera à toi de juger. Mais c'est toujours une histoire de compromis. » De simples stages non rémunérés aux contrats précaires payés 400 € par mois pour des horaires à rallonges avec licenciement sans préavis, Margaux va alors découvrir la face cachée de ce « modèle allemand » ultra libéral. L'optimisme est la motivation de cette émigrée sont mis à l'épreuve lorsque la réalité de la ville et de la crise européenne finissent par se confronter à ses attentes.

  • Rêves syncopés, l'album signé par Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau sur la fi gure marquante de la musique électro, Laurent Garnier. À travers ses propres mots, un très bel hommage à la techno, au plaisir d'être seul derrière ses platines et de voir la salle en transe. De Manchester à Berlin, quelques repères biographiques suffi sent, le reste est affaire de sensation, d'émotion. Bonneau a trouvé son sujet de prédilection : seuls son graphisme et ses couleurs pouvaient envoûter le lecteur comme le fait cette musique.
    Une symbiose impressionnante !

empty